Autorisé ou pas, le téléphone est un danger en conduisant.

Une étude récente vient confirmer que le téléphone au volant, qu’il soit autorisé (système bluetooth) ou interdit (à la main ou avec oreillettes), reste un facteur prépondérant dans la perte de vigilance des conducteurs, en agissant à la fois sur le champ de vision et l’environnement auditif.

Question d'autoroute : le téléphone au volant
Flash player is not available, you can download it here

Il est indéniable que le téléphone au volant a des conséquences sur la perte de vigilance des conducteurs et bien plus grande que ne veut l’admettre les récalcitrants. Quelle que soit la situation, téléphoner en conduisant agit sur le temps de réaction avec des répercussions toujours sous-estimées, mais qui peuvent se terminer par un accident grave.

C’est ce que confirme cette étude conduite par le Centre d’Investigations Neurocognitives et Neurophysiologiques de l’université de Strasbourg (CI2N) pour la fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable. Alors dans ce contexte, comment réagit le cerveau du conducteur ?

Chrystelle Mollon en parle avec Bernadette Moreau, déléguée générale de la fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable, écoutez.